Eglise Baptiste du Centre 4 rue Léon Bourgeois. Perpignan

Est-ce qu’un chrétien peut consommer une viande saignante?

Dans le livre des Actes, nous lisons qu’il y avait un problème au sein de l’Eglise primitive. Des juifs enseignaient qu’il fallait que les chrétiens se fassent circoncire. La polémique fut telle, que l’Eglise à Jérusalem se réunit avec les apôtres pour traiter de cette question. Et ils conclurent leur discussion avec la mention du sang pour nourriture. On en déduit souvent qu’un chrétien ne doit pas manger de sang, comme le disait la loi de Moïse. Mais nous pouvons chercher à comprendre ce que dit exactement le texte.

Jacques conclut la polémique concernant la circoncision, non en imposant la circoncision bien sûr. Néanmoins, ils reçoivent quelques recommandations :

V19-20 « C’est pourquoi je suis d’avis qu’on ne crée pas des difficultés à ceux des païens qui se convertissent à Dieu, mais qu’on leur écrive de s’abstenir des souillures des idoles, de la débauche, des animaux étouffés et du sang. » 

Les païens n’ont pas besoin de se faire circoncire, ni même d’observer toute la loi de Moïse. Mais nous trouvons quand même trois ou quatre recommandations.

  • S’abstenir des souillures des idoles
  • De la débauche
  • Des animaux étouffés
  • Du sang.

Tout d’abord s’abstenir des souillures des idoles. Pourquoi ?  En fait il s’agît des viandes qui étaient sacrifiées aux idoles. Les bouchers païens en tuant les bêtes les offraient à leurs dieux, puis les vendaient sur leur étalage.

Ensuite, s’abstenir de la débauche. On s’étonne de trouver cette recommandation qui fait partie de la morale. Mais on sait aussi combien grandes étaient les orgies dans les cultes à certains dieux païens.

Puis enfin il leur est demandé de s’abstenir des animaux étouffés. On peut lier cela avec le fait de ne pas manger de sang. Les païens au lieu d’égorger les animaux, les étouffaient et les consommaient cuits avec leur sang.

Ces quatre recommandations avaient à voir avec les cultes idolâtres païens. La moindre de ces quatre choses était tout de suite assimilée comme un lien avec des dieux païens.

Maintenant est-ce que ces quatre choses étaient interdites aux païens ?

Bien sûr, la débauche est coupable.

Mais si on regarde bien, les autres choses ont plutôt avoir à faire avec des rites païens.

Paul parle abondamment des questions de nourriture dans trois chapitres du nouveau testament. Romains 14 et 1 Corinthiens chapitre 8 et 10. Et il dit par exemple : « Pour ce qui est des viandes sacrifiées aux idoles, nous savons qu’il n’y a point d’idole dans le monde et qu’il n’y a qu’un seul Dieu. » Autrement dit, le fait que ce soit sacrifié à une idole, cela ne doit pas vous inquiéter.

Il dira encore : « Mangez de tout ce qui se vend au marché sans vous enquérir de rien par motif de conscience »  On ne pouvait pas faire une exhortation plus large que celle-ci. Et les marchés comprenaient toutes sortes d’animaux préparés selon différents rituels.

Donc, mis à part la débauche qui est clairement condamnée dans le nouveau testament, les autres choses ne sont pas interdites aux païens.

Il faut se souvenir aussi de la vision de Pierre. Il a vu une nappe pleine d’animaux impurs descendre devant lui, et le Seigneur qui lui disait : « Pierre tue et mange ! »  Autrement dit, il n’y a plus d’animaux impurs et purs ! C’était un moyen de montrer à Pierre que Dieu se tournait vers les païens. Mais aussi une manière de lever toutes les prescriptions de la loi Mosaïque concernant la nourriture.

Mais alors pourquoi donner ces recommandations aux païens ?

Le texte nous le dit. C’est le verset suivant :

V21 « Car depuis bien des générations, Moïse a dans chaque ville des gens qui le prêchent puisqu’on le lit tous les jours de sabbat dans les synagogues. »

Jacques nous donne ici la raison de ces recommandations aux païens. C’est que les juifs convertis et les prosélytes convertis continuaient à entendre et à prêcher la loi de Moïse. Si donc ces juifs convertis voyaient les païens continuer à manger des viandes sacrifiés après leur conversion, cela allait provoquer beaucoup de problèmes dans l’Eglise de Jésus-Christ. Et les païens allaient choquer les juifs.

Il fallait donc qu’ils préfèrent s’abstenir de ces choses pour ne pas choquer !!! C’est par respect pour eux qu’ils devaient s’abstenir.

C’est vrai que nous sommes libres en Jésus-Christ et nous ne sommes plus sous la loi de Moïse. Nous pouvons manger de tout et notre liberté n’a pas à être jugée par une conscience étrangère. Mais Dieu demande en même temps d’avoir égard à la conscience des frères.

Paul ajoutera par exemple : « Prenez garde, toutefois, que votre liberté ne devienne une pierre d’achoppement pour les faibles. Car si quelqu’un te voit, toi qui as de la connaissance, assis à table dans un temple d’idoles, sa conscience, à lui qui est faible, ne le portera-t-elle pas à manger des viandes sacrifier aux idoles. Et ainsi le faible périra par ta connaissance, le frère pour lequel Christ est mort ! »

Dieu nous enseigne que l’important, c’est d’être en paix avec sa conscience.

Transposons-le d’une manière actuelle. Si un chrétien pense qu’il ne devrait pas manger un steak saignant parce que cela n’honore pas Dieu ! Qu’il agisse dans ce qu’il pense qui est le mieux pour honorer Dieu, et Dieu sera honoré !!! Son désir de ne pas pécher honore le Seigneur. Si pour lui ne pas pécher, c’est s’abstenir du sang, il honorera Dieu en le faisant.

Maintenant si nous pensons qu’il n’y a aucun problème à manger un steak saignant, ou du boudin, mais nous savons que notre frère sera choqué s’il nous voit faire cela, alors Dieu veut que nous nous abstenions par égard à notre frère. Notre liberté ne doit pas prendre le dessus sur le respect et l’amour.  Paul dit : « Si pour un aliment ton frère est attristé, tu ne marches plus selon l’amour… »

Le but des recommandations du Concile n’était donc pas de privé les païens convertis de leur liberté en Christ, mais de leur donner d’avoir égard aux frères juifs encore attachés au respect de la loi de Moïse.