Eglise Baptiste du Centre 4 rue Léon Bourgeois. Perpignan

Est-ce que fumer est un péché?

Malgré les hausses répétées du prix du tabac depuis ces dernières années, les fumeurs existent toujours. Malgré les avertissements en images sur les paquets de cigarettes, les fumeurs existent toujours. Et malgré un monde incroyant qui lutte contre le tabagisme, certains chrétiens fument encore…

Est-ce que fumer est un péché ?
S’il est utile de traiter cette question, c’est que les personnes qui fument ont parfois bien du mal à voir cela comme un péché. Il est fréquent d’entendre une mise en doute sur le fait que ce serait un péché. Comme la Bible ne parle pas explicitement du tabac, il y a comme un doute qui subsiste dans l’esprit des gens, ou dans l’esprit des chrétiens qui fument encore.

Mais si la Bible ne condamne pas clairement la chose, il faut se poser plusieurs questions :

Première question : Est-ce bon ? Ne cherchons pas à savoir si c’est un péché puisque la Bible n’en parle pas, mais cherchons plutôt à savoir si c’est une bonne chose pour nous.
Est-ce bon pour moi de fumer ? Chaque fumeur doit répondre honnêtement devant Dieu à cette question.

Deuxième question à se poser 1 Corinthiens 10.31 nous dit : « Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, soit que vous fassiez quelque autre chose, faites tout pour la gloire de Dieu. » Dieu veut que chacune de nos actions puisse être faite uniquement et entièrement pour sa gloire. Je peux manger pour sa gloire, je peux faire le ménage pour sa gloire, je peux travailler pour sa gloire, je peux servir pour sa gloire, je peux me laver pour sa gloire, Mais puis-je fumer pour sa gloire ? Là encore, cette question demande une réponse honnête.

Troisième question basée sur le verset de 1 Corinthiens 3.16 « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous? 17 Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira; car le temple de Dieu est saint, et c’est ce que vous êtes. » Dieu nous accorde un corps, et il veut que nous protégions et entretenions ce corps. La question est donc : Est-ce que fumer contribue à faire de mon corps un temple saint pour le Seigneur ?

Quatrième question
à se poser après la lecture de Romains 14.1 « Ne nous jugeons donc plus les uns les autres; mais pensez plutôt à ne rien faire qui soit pour votre frère une pierre d’achoppement ou une occasion de chute. » Chacun peut avoir des convictions personnelles, dans la mesure où elles s’harmonisent avec la volonté de Dieu. Mais quand bien même nous aurions une conviction en ce qui concerne le tabac, la question à se poser est celle-ci : Est-ce que fumer est une pratique innocente et que tout le monde peut accepter ?

Cinquième question à se poser à la lecture de : 1 Corinthiens 6:12 « Tout m’est permis, mais tout n’est pas utile; tout m’est permis, mais je ne me laisserai asservir par quoi que ce soit. » Dieu nous veut prisonnier de Lui, et libre de tout autre chose. La question est donc : Est-ce que le tabac n’a aucun pouvoir d’asservissement sur ma personne ?

En répondant honnêtement à ces 5 questions, si c’est un NON qui en ressort, alors fumer est assurément en dehors de la volonté de Dieu pour vous. Ce qui revient à dire que ce serait un péché de continuer dans cette pratique.

Lorsque l’on a une habitude comme celle de fumer, et que l’on répète ce geste pendant longtemps, si le sentiment de faire quelque chose de mauvais existait au départ, il peut s’estomper petit à petit. La Bible dit elle-même que l’on peut éteindre le Saint Esprit. Le Saint-Esprit est comme un feu qui brûle dans notre cœur, mais si on ne l’écoute pas, le feu s’éteint. Il ne brûle plus comme il le devrait dans son action, sa présence, ses mises en garde. Ainsi l’Esprit nous reprendra de moins en moins sur ce qui pourtant est en dehors de la volonté de Dieu pour nous. Cela peut être le cas en ce qui concerne le tabac. Par la pratique habituelle à l’encontre de l’Esprit de Dieu, on finit par ne plus avoir le sentiment de mal agir.
C’est pourquoi des chrétiens, pourtant nés de nouveau, peuvent ne plus avoir le sentiment que Dieu réprouve cette pratique.

Si c’est votre cas, peut-être est-il temps de répondre honnêtement aux cinq questions ?